Rénovation des pergolas

Préserver ces éléments structurels fondamentaux des outrages du temps

es pergolas de la Roseraie du Val-de-Marne au début du XXe siecle Les pergolas de la Roseraie du Val-de-Marne au début du XXe siecle.

Un élément structurel fondamental

Le paysagiste Edouard André a dessiné la Roseraie en 1899 en interprétant les codes du jardin à la française, uniquement avec des rosiers.

 

Le style actuel de la Roseraie s’inscrit dans cette continuité : rigueur du jardin régulier, recherche des qualités décoratives optimales du rosier grâce à l’utilisation de variétés, de ports, de supports différents, association d’éléments d’architecture, de sculpture et reprise du vocabulaire du jardin classique : pergolas, dôme, temple de l’Amour, bustes sur piédestal...

 

Les pergolas sont un élément structurel fondamental de l’organisation et de l’esthétique du jardin. En prenant d’assaut les pergolas, les rosiers s’affranchissent du sol et s’élèvent afin de donner toute son ampleur à la Roseraie.

 

Ces structures participant totalement de l’originalité du jardin, il est impérieux de les restaurer afin de conserver l’identité de la Roseraie ; d’autant plus que sa valeur patrimoniale a été reconnue : la Roseraie du Val-de-Marne a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Elle a aussi reçu le label « Jardin remarquable ».

Les pergolas en danger

Les dommages du temps

Dommage sur une des pergolas de la Roseraie du Val-de-Marne Dommage sur une des pergolas de la Roseraie du Val-de-Marne.


Construites en bois en même temps que le dôme, les pergolas ont mis un point final à l’aménagement de la Roseraie en 1910. Elles ont subi les inexorables atteintes du temps et des aléas climatiques. Elles nécessitent aujourd’hui une restauration complète, à l’identique, en plusieurs étapes.

Le treillage vert constitué de mailles en forme de carrés et losanges ménage des portes et ouvertures sur toute la longueur, de l’ouvrage assurant un dialogue avec le reste du jardin.


Situées de part et d’autre du Dôme, les pergolas seront rénovées en deux phases : la partie droite pendant l’hiver 2012/2013 et celle de gauche, les années suivantes.

 

Une rénovation délicate

 

Dans un souci de conservation des rosiers, les jardiniers devront tout d’abord délicatement dépalisser les pieds habillant la structure. Aucun plant ne sera arraché, la Roseraie étant avant tout un conservatoire de roses anciennes.

 

Une pergola en tous points identique à l’originale sera construite par une entreprise spécialisée. Les différentes parties de la structure en bois et métal devront répondre à des descriptifs précis (ossature, pilastres, traverses, treillages, cavaliers, etc.) et seront ensuite assemblées au moment de la pose. Trois couches de peinture « vert oural » viendront protéger l’ensemble.

 

* * *

Ce projet recherche des mécènes.

Si vous souhaitez soutenir ce projet ou simplement en savoir plus, téléchargez la fiche ci-dessous et contactez l’équipe de la Roseraie.

Téléchargements