Mariages et baptêmes

La Roseraie est associée à toutes les fêtes...

Si la Roseraie est un champ d’observation pour nos sens olfactifs, néanmoins, certains samedis, les effluves qu’on y respire n’émanent pas des roses mais de l’onde parfumée des cortèges de jeunes mariés venus s’y faire photographier. 

Mariage àla Roseraie

On y croise parfois trente couples d’heureux mariés en une seule journée !

 

Robert Desnos affirmait : « La rose est nuptiale plus encore que la fleur d’oranger. Si cette dernière semble jetée en hommage à la jeune fille qui s’efface, la rose est la fleur de la mariée, dans les épanouissements conjoints de sa féminité et de leurs corolles ». Ici, la mariée ne se contente pas d’un simple bouquet, il lui faut la parure complète de la Roseraie.

 

Lorsqu’elle n’est pas dédiée à la femme, la rose est souvent baptisée en hommage à un personnage célèbre ou à l’occasion d’évènements marquants. Les créateurs de roses se sentent eux aussi une âme de poète en dénommant celles-ci avec des noms aussi évocateurs que « cuisse de nymphe émue, fée des neiges, soleil de minuit, belle du seigneur, casque d’or, libre ingénue, blanche colombe... ».


La Roseraie est un conservatoire vivant où le monde scientifique oeuvre en permanence. En prélevant des greffons, des professionnels, universitaires, rosiéristes, créateurs et obtenteurs conçoivent de nouvelles variétés venant enrichir le patrimoine des rosiers horticoles contemporains.

 

• Ainsi, le rosier « Georges Truffaut » (rosier rouge, obtenu par Dorieux) fut baptisé le 16 juin 1995. Il avait pour parrain et marraine deux personnalités attachées au monde végétal : Mme Florence André Kaeppelin, digne descendante du paysagiste Edouard André, concepteur de la Roseraie et M. Patrice Fustier, organisateur des journées des plantes de Courson. Avec une telle famille d’adoption, cette naissance était placée sous les meilleurs auspices.

Baptême de Georges Truffaut,
obtenu par Dorieux en 1995.

 

• Le centenaire de la Roseraie en 1994 vit la création d’un rosier au léger parfum de pomme verte « Guy de Maupassant » (rosier rose carmin pale, obtenu par Meilland). M. Michel Lis, le célèbre journaliste passionné de jardins (France 2, France Inter) en était l’heureux parrain.

 

Dix ans après, en 2004, deux rosiers virent le jour :

 

• Le 3 juin, il s’agissait du rosier « André Brunel » (rosier couleur rose saumoné, obtenu par Panozzo) en mémoire du conservateur de la Roseraie qui, avec passion, pendant dix-sept ans, travailla à la gestion et à la valorisation des collections à travers le monde. C’est M. Raymond Nazereau, Président de la Société Nationale d’Horticulture d’Ile-de-France qui le baptisa.

 

• Le 6 juin eut lieu, en présence de nombreux représentants du monde musical, un autre baptême très médiatisé, celui du rosier « Hommage à Barbara » (rosier rouge, obtenu par Delbard) avec le concours de l’association Perlimpinpin-Barbara. La marraine en était Marie Chaix, auteur et amie de la chanteuse.