La statuaire

La rénovation de la statuaire

Plus que centenaire, la Roseraie du Val-de-Marne se doit d’être entretenue régulièrement pour conserver son aura.

Des travaux doivent être effectués rapidement :

  • Mise en place de la partie supérieure de la fontaine : chapeau et fourniture
  • Reprise de l’étanchéité du bassin
  • Réagréage des marches de l’escalier
  • Remplacement de deux piédestaux
  • Vases Médicis à restaurer
  • Remplacement d’un vase Médicis grand modèle et d’un petit modèle

 

Vases Médicis à restaurer.

 

Dès l’origine, Jules Gravereaux avait choisi de marquer l’identité de chaque jardin de collection en harmonisant les rosiers présentés avec le style des supports, les éléments décoratifs et le support.

Par exemple, le buste de Joséphine marquait l’entrée de l’allée de la Malmaison. Dans le jardin d’Extrême-Orient, les plates-bandes étaient cernées de pierres (car il n’y avait pas de buis en Extrême-Orient), les supports étaient en bambou et l’entrée était gardée par deux dragons de céramique, aujourd’hui conservés aux Archives départementales.

 

La fontaine à l’époque de Jules Gravereaux, décorée des rosiers Aimée Vibert.

 

Dans la Roseraie de 1910, les éléments d’ornement participent pleinement à l’originalité et au charme du jardin : la fontaine, placée devant une table ronde et son banc semi-circulaire, est merveilleusement enguirlandée de roses tandis que l’eau ruisselle dans une vasque et des vases sur piédestal sont disséminés entre les plates-bandes de rosiers.

La restauration de la fontaine doit permettre de retrouver le décor original imaginé par Jules Gravereaux…

 

* * * 

Mécène de la Roseraie

Ce projet est soutenu par la French Heritage Society.

> Un prix de la French Heritage Society